28 juin 2016

L'énigme des chapeaux

Trois chipies sont convoquées dans le bureau du directeur pour être punies. La sentence est de vingt coups de martinet chacune.

Toutefois, Max, dans sa grande mansuétude leur fait la proposition suivante :

Cinq chapeaux

« Voici cinq chapeaux : deux bleus et trois rouges. Je vais vous coiffer chacune d’un chapeau. Si vous êtes capable de me dire sans vous tromper la couleur de votre chapeau, vous ne serez pas punie. Si vous vous trompez, la sentence sera doublée. Si vous ne dites rien, vous aurez les vingt coups de martinet prévus. »

Trois chipies chapeautées déc

 

 

La première chipie interrogée réfléchit puis préfère se taire.

La suivante réfléchit à son tour et choisit de ne rien dire.

La troisième réfléchit, puis déclare « Mon chapeau est rouge. »

Elle échappe donc à la punition.

Comment pouvait-elle en être aussi sûre ?

Posté par Professeur Max à 17:44 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


21 juin 2016

Jeux de plateau : le Culedo

La pauvre Ellie a été retrouvée cul nu au coin et les fesses toutes rouges !

Ellicoin

Mais qui donc l’a mise dans cet état ?

Et avec quel instrument ?

Et dans quelle pièce de l’institut ?

 

Les suspects sont :

Oncle Waldo

Maître Ours

Madame Chipinette

Tante Mirabelle

Révérend Mike

Professeur Max

 

Les instruments possibles :

Le martinet

La canne

Le ceinturon

La brosse

La paddle

La savate

 

Chaque joueur lance le dé . Lorsqu’il arrive dans une pièce il peut formuler une hypothèse : nommer un suspect avec un instrument qui aurait pu ainsi fesser l’infortunée Ellie ! L’hypothèse est testée sur le champ, ce qui permet à chaque joueur de se rapprocher de la solution de l’énigme.

Plateau Culedo

 

Voici un jeu passionnant à pratiquer entre amis pour égayer les longues soirées d’été !

Posté par Professeur Max à 16:14 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :

14 juin 2016

Sujet de philo !

Eh bien voici en avant première le sujet de philo qui va permettre à nos étudiants les plus performants de développer leurs capacités d’analyse et de synthèse et d’exercer leur esprit critique.

« Douleur physique ou humiliation ? Quelle composante de la punition est prédominante ? »

Doulhumilavbul

Vous avez quatre heures…

 

Posté par Professeur Max à 23:30 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

08 juin 2016

Fesse Béton

Pour poursuivre l'étude des musiques et chansons de notre patrimoine, voici en hommage à Renaud, la parodie d'un de ses premiers succès :

Fesse Béton

J’étais tranquille, un peu pétasse

Affalée sur ma chaise,

Le type est entré dans la classe,

Et a réclamé qu’on se taise,

Puis j’ai rigolé aux éclats !

Et il s'est approché de moi :

 « Les effrontées,

Moi, je sais les mater!

J'parie qu't’es une chipie,

Mais j’vais t ‘en faire passer l’envie

J'vais t'apprendre un jeu mignonet

A coups d’lanières de martinet

Tu vas me demander pardon ! »

Moi j'y ai dit : « Fesse béton ! »

 

Et il m’a empoignée, a r’troussé mon jupon,

Les fesses, il m’a tannées, j'lui ai d’mandé pardon.

 

J’étais tranquillement dans le noir

Jouant au polochon

Le type est entré dans l’dortoir

Il a dit « C’est quoi ce boxon ? »

Puis j’y ai lancé mon oreiller

Il a pas vraiment apprécié :

« Dis donc drôlesse,

Tu veux que je te dresse ?

J’vais faire rougir ton popotin

A grand coups de canne en rotin

Jusqu’à c’que tu m’fasses des excuses

Et si par hasard, tu refuses

Ca pourra te coûter bonbon… »

Moi j’y ai dit : « Fesse béton ! »

 

Il m’a fouetté les fesses, jusqu’à c’que la peau s’use

Alors  pour que ça cesse, j’lui ai fait des excuses.

Dort

 

 

 

Posté par Professeur Max à 20:09 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

02 juin 2016

Recadrage... pédagogique!

La pièce est vide. Obscure. Au centre, le bureau directorial. Sur le bureau, un martinet qui traîne : les solides lanières de cuir qui partent du manche en bois s’éparpillent négligemment  en tous sens…

mrtslb

La porte s’ouvre doucement. Une silhouette s’avance prudemment dans la pièce. Elle se dirige vers le bureau, s’immobilise, puis s’empare de l’objet. Elle le considère un instant, caresse les lanières, regarde autour d’elle, ouvre lentement un tiroir et en sort une paire de ciseaux…

Un bruit de pas se fait entendre au loin dans le couloir. La silhouette remet précipitamment les ciseaux en place. Le bruit se rapproche : on distingue un pas appuyé et l’autre moins… quelqu’un qui boite… Monsieur Max, sans aucun doute !

La silhouette s’agite, fait des mouvements désordonnés, puis se précipite vers le canapé, soulève un coussin et glisse le martinet dessous.

La porte s’ouvre, la lumière s’allume… Léa se trouve face à Max.

« Tiens, Léa ! Qui t’a autorisée à entrer ?

- Je suis désolée monsieur Maxou. Je pensais que …

- Ce n’est pas grave … J’ai suffisamment de griefs contre toi. Inutile d’en rajouter !

- Des griefs ?

- Oui Léa ! Je n’aime pas qu’on me manque de respect !

- Moi !? Vous manquer de respect ? Alors là, vous êtes injuste, monsieur Maxou !

- Injuste ? Falsifier mes appréciations, ce n’est pas me manquer de respect ? Me tirer la langue, ce n’est pas me manquer de respect ? Cacher mon matériel pédagogique, ce n’est pas me manquer de respect ?

- Quel matériel ?

- Le martinet… que tu as glissé sous un coussin. Il y a un bout de lanière qui dépasse !

- Ah…

- Donc, tu comprendras que tout ça mérite un sérieux recadrage ?

- Ben …

- Mais tu connais mon indulgence ?

- Euh… Je la connais bien, oui !

- Je suis prêt à passer l’éponge… à une condition !

- Tout ce que vous voudrez, monsieur Maxou !

- Le professeur de musique est encore venu se plaindre que tu n’apprenais pas les paroles des chansons.

- La dernière ? Le fesseur des Lilas ? Mais elle est dure monsieur Maxou !

- Il t’avait donné un ultimatum : savoir au moins la première strophe et le refrain pour aujourd’hui. C’est bien exact ?

- Oui, monsieur Maxou, mais…

- Donc, nous allons vérifier ça tout de suite ! Et si tu ne fais aucune erreur, tu ne seras pas punie… Dis-donc, le martinet sous le coussin, ça fait désordre, tu ne trouves pas ? Redonne-le moi. »

L’étudiante récupère l’instrument et le tend au directeur qui le range dans son tiroir.

« Je le range, car nous n’en aurons pas besoin… »

Le visage de Léa s’éclaire pour quelques secondes… mais s’assombrit aussitôt lorsqu’elle voit Max sortir de sa poche sa fameuse Caressante, toute en cuir, seize lanières…

« Bien… Tu vas me réciter les parole de cette chanson… Et à chaque erreur, tu enlèves un vêtement.

- Hein ? Mais je vais vite me retrouver toute nue !

- Ben non, Léa ! D’abord, parce que j’espère que tu ne feras aucune erreur… Et ensuite, parce que tu seras autorisée à garder le minimum pour préserver ta pudeur.

- Donc, je pourrai garder ma culotte et mon sout…

- La cravate et les chaussettes ! C’est tout ce que tu pourras garder! Assez discuté, je t’écoute ! »

Bon … il est clair que Léa n’a fait aucun effort pour apprendre quoi que ce soit. Gentiment, Max passe sur quelques omissions, mais au bout d’une ½ strophe , l’étudiante n’a plus que sa cravate et ses chaussettes. Visiblement mal à l’aise, elle se dandine en tentant de masquer son intimité.

Rcdrg2

Max lui fait signe de se courber sur le bureau. Elle obéit. Il s’approche, pose délicatement sa main gauche sur le dos nu… un sifflement dans l’air… et un claquement lors de l’impact !

« Aïe !

- Alors Léa ? Comment trouves-tu ma Caressante ?

- Je trouve qu’elle fait mal, monsieur Maxou ! Aïe ! »

Impitoyablement, Max fouette les fesses de la malheureuse étudiante. Les coups s’accélèrent et s’intensifient. Elle gémit, demande pardon, promet qu’elle ne recommencera plus, qu’elle apprendra ses chansons par cœur… Les lanières laissent de belles traces de leur passage. Max s’arrête , tâte les fesses … juste tièdes. Alors il reprend de plus belle, au grand dam de Léa.

Quelques minutes plus tard, après avoir constaté une augmentation nette de la température, il range l’instrument dans sa poche.

« Tu peux te redresser, Léa.

- Ouille ouille ouille ! Vous m’avez mis le derrière dans un état. Ça brûle, monsieur Maxou ! proteste Léa en se frottant les fesses.

- Tu l’avais mérité, Léa ! Mais, comme je suis très attentionné, je vais essayer de t’arranger ça ! Va t’allonger sur le canapé. »

Max sort de son tiroir un tube d’arnica , vient s’asseoir près de son étudiante, et, très délicatement, lui masse les fesses avec la crème .

« Vous êtes gentil, monsieur Maxou. Merci beaucoup. Je peux me rhabiller maintenant ?

- Te rhabiller, Léa ? Pas tout de suite, tout de suite… La punition n’est pas tout à fait terminée.

- Oh non ! »

Il ouvre un tiroir et en sort un petit panneau de carton sur lequel est écrit « J’ai été punie au martinet pour avoir manqué de respect à M. Max. » Il le lui donne et lui ordonne d’aller au coin en tenant le panneau dans son dos. Elle obéit sans protester.

Dsdb

Elle entend un grincement.

« Euh… Qu’est-ce que vous faites, monsieur Maxou ?

- Je laisse la porte ouverte, Léa, pour que chacun sache ce qui l’attend en cas de manque de respect !

- Oh non ! S’il vous plaît !

- Rien de personnel, Léa. Ce n’est que de la pédagogie! »

 

Posté par Professeur Max à 12:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


29 mai 2016

La "caressante"

Que serait un institut sans du bon (que dis-je du bon ?) de l’excellent matériel pédagogique ?

Voici un nouvel outil, efficace, destiné à aider nos étudiants (et je pense particulièrement à nos étudiantes) à trouver la motivation pour apprendre et pour adopter une attitude respectueuse .

 

MTC01

Avec la « caressante » (c’est le petit nom qu’il lui ont trouvé), l’attention et la concentration se développent, les bavardages diminuent, , les écarts de comportement s’estompent…

 

Très maniable, entièrement en cuir, elle s’accroche facilement à un clou, ne prend pas de place dans un tiroir ; elle peut même se ranger aisément dans la poche d’une veste ou dans un sac à main.

 

Une séance de découverte sera offerte à qui saura donner le nombre exact de lanières !

Posté par Professeur Max à 16:43 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mai 2016

La dictée de Léa

D’un air dubitatif, Max considérait le dessin à la craie sur la tableau… La caricature en soi n’était pas bien méchante et il lui suffisait de l’effacer pour la faire disparaître.

Ce qui était plus inquiétant, c’était qu’on avait osé s’introduire dans son bureau pendant son absence pour lui faire cette blague. C’était une atteinte à son autorité, une provocation manifeste ! Il ne pouvait pas la laisser passer.

 

Trois coups frappés à sa porte le tirèrent de sa réflexion.

Léa était sur le seuil.

« Vous voulez me voir monsieur Maxou ?

- Oui Léa, entre. Je t’en prie. »

Dictéeléa01

 

L’étudiante se dandinait d’un pied sur l’autre, manifestement pas très à l’aise. Max s’assit sur son canapé en la fixant d’un air aimable. Léa n’était pas rassurée pour autant : quand Max s’asseyait sur son canapé, il y avait de fortes chances qu’on se retrouve rapidement allongée sur ses genoux.

« Il n’y a rien qui te choque, Léa ?

- Euh …

- Sur le tableau ?

- Aaaah ! Je n’avais pas vuuuuu… Je … oui, c’est choquant !

- N’est-ce pas ?

- Je me demande bien qui a osé vous dessiner comme ça !

- J’ai ma petite idée… En tout cas ce dessin est très amusant !

- Ah ? vous trouvez ?

- Oui, j’ai le sens de l’humour, Léa !

- Si vous le dites …

- Et puis c’est quasiment signé.

- Où ça ??

- Je sais qu’on m’affuble volontiers de moult sobriquets : Maxouille, Maxounet, Mad Max, etc… Mais il n’y en a qu’une qui m’appelle Maxou !

- Ah bon ! Qui donc, monsieur Maxou.. euh Max ?

- Je t’ai dit que j’avais le sens de l’humour ! Tu n’as rien à craindre : tu ne seras pas punie pour ce dessin.

- Je suis contente que vous le preniez ainsi, monsieur Maxou ! J’avoue… c’est bien moi qui vous ai dessiné.

- Non, c’est joli… Tu as des dispositions pour le dessin, Léa.. Tu en as moins pour l’orthographe ! Comment écris-tu le mot « beau » ?

- Oh ! J’ai oublié le E, je suis désolée, je vais rectifier ! répondit-elle en s’emparant d’une craie.

- Repose cette craie ! Je suis intransigeant sur ce point ! Tu seras donc sanctionnée.

- Mais, monsieur Maxou, c’est une faute d’inattention ! J’ai fait énormément de progrès, croyez-moi. Je suis capable de faire une dictée sans faute !

- Eh bien, nous allons vérifier ça tout de suite ! Et comme je suis d’un naturel indulgent, j’irai jusqu’à tolérer deux fautes.

- Vous êtes trop bon, monsieur Maxou. »

 

Max fit asseoir l’étudiante, lui donna une feuille et un stylo et lui dicta le texte suivant :

«  Bien que peu enclins à une exigence excessive, les professeurs s’accommodent mal d’un discours abscons ou d’une expression  ambiguë.

Après maints avertissements et une kyrielle de blâmes, ils peuvent être conduits à recourir à une sanction appropriée.

Pas d’échappatoire pour les fautives, qui , dûment déculottées, se verront infliger publiquement le martinet

Léa s’appliquait, mais apparemment, hésitait beaucoup sur certains mots. Max lui laissa du temps pour se relire et corriger les fautes éventuelles.

Elle finit par se lever et lui tendit sa feuille. Il s’empara de son stylo rouge et se mit à  entourer deci delà quelques passages du texte. Léa s’aperçut qu’il y avait largement plus de deux fautes.

« Elle est légèrement tordue, la dictée, monsieur Maxou !Il y a des mots trop difficiles ! Vous êtes pire que Bernard Pivot !

- Oh ! ça suffit Léa ! répondit Max en posant la feuille et le stylo à côté de lui. Tu as fait sept fautes. Tu vas donc recevoir une bonne fessée déculottée ! Viens ici ! »

 

La pauvre étudiante s’approcha et se retrouva couchée sur les genoux de Max. Sans hésitation, celui-ci retroussa la jupette et baissa la culotte pour faire apparaître le magnifique séant très provisoirement pâle…

Les claques s’abattirent en cadence. Petit à petit, les fesses prenaient de la couleur. Léa restait stoïque, les mains appuyées sur la feuille et le stylo que Max avait posés. Le joli postérieur était maintenant bien rouge. Max eut pitié d’elle et s’arrêta .

dictéeléa2

« Tu l’as bien méritée , celle-là, Léa ! Une bonne fessée cul nu, bien cuisante !

- Bien cuisante ? Ah bon ? J’ai même pas mal aux fesses, alors ! répliqua effrontément l’impudente.

- Ah oui ?? Attends, je vais arranger ça ! »

 

Max était piqué au vif. Il se mit à claquer avec une vigueur redoublée le derrière de Léa. Sûr que le bruit devait résonner dans tout l’institut ! La pauvre étudiante commençait à se tortiller. Ses fesses arboraient maintenant une teinte rouge vif, mais Max ne se laissait pas impressionner. Imperturbablement, il poursuivait sa besogne. Lorsqu’il commença à sentir que sa main était brûlante, il releva sa victime et l’envoya au coin. Il reprit son stylo rouge et ramassa la feuille qu’il posa machinalement sur son bureau. Quelque chose avait attiré son œil … mais quoi ?

 

Il reprit la feuille et l’examina attentivement : il avait écrit le nombre de fautes, et maintenant il voyait que le 7 avait été maquillé en un 0.

Dctl

Il se précipita pour ouvrir son deuxième tiroir et en sortit son martinet avec la ferme intention de s’en servir sur le champ , mais une douleur lui rappela que sa sciatique n’était pas tout à fait guérie.

Il posa l’instrument sur son bureau et appela l’étudiante :

« Tu peux te rhabiller et retourner en classe Léa. »

Elle obéit, remonta sa culotte sur ses fesses endolories et rajusta sa jupette. Elle dirigea vers la porte, mais Max la rappela :

« Tu reviendras me voir, ce soir quand tes fesses auront reblanchi… La falsification sur ta feuille fera l’objet d’un petit recadrage au martinet ! »

Elle se retourna, aperçut l’objet sur le bureau, fronça les sourcil, et tira la langue.

Et sans un mot, elle sortit…

Posté par Professeur Max à 19:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

17 mai 2016

Inscriptions pour la prochaine année scolaire

Les inscriptions pour la prochaine année scolaire sont ouvertes !

L’institut propose des remises à niveau dans toutes les matières :

culture générale

Style gothique

 

 

 

 

 

langue française

1926763_446013188870893_5113270894729236495_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                          mathématiques

Maths

 

 

 

 

 

 

 

éducation physique, etc...

EPS à l'Institut sous surveillance

 

 

 

 

 

 

 

 

Les étudiantes seront admises après un entretien individuel .

BYIn50fCcAANfRG

Merci d’adresser vos candidatures en remplissant le bulletin d’inscription ci-dessous. Vous pouvez, bien entendu, joindre à ce bulletin tout document susceptible d’étayer votre dossier. 

Bienvenue à l'Institut du Professeur Max!

Bulletin d'inscriptionréduit

Posté par Professeur Max à 22:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

11 mai 2016

Le septième art!

Nos étudiants sont sensibilisés à l'art cinématographique. Il est bon qu'ils aient des références dans ce domaine autant que dans tous les autres domaines artistiques! Ils ont donc l'occasion d'aborder l'analyse de quelques grands classiques du cinéma français.

Récemment, c'est Michel Audiard qui était à l'honneur à l'Institut!

TTFrd

Tontons Fesseurs02

Tontonsfesseurs01avecbulles

 

 

 

Posté par Professeur Max à 16:09 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

08 mai 2016

Exercices de diction.

Bien prononcer et bien articuler sont essentiels pour se faire comprendre. Face à cette problématique, l’Institut propose à ses étudiants des exercices réguliers de diction, des virelangues, dont voici quelques exemples.

Un fesseur sachant fesser doit savoir fesser sans se fâcher, sans ça c’est fâcheux.

Je stresse parce que t’attrapes ta strap !

fesssach

Fesser sa chipie, chauffer ses fesses, ça fait chasser ses soucis !

Dis-moi Matrone au martinet, quand te dématroneaumartinetiseras-tu ? Je me dématroneaumartinetiserai quand toutes les matrones au martinet se seront dématroneaumartinetisées !

matrmrt

Entraînez-vous quotidiennement à prononcer ces phrases d’une voix forte et posée avec vélocité et expression ! Des contrôles inopinés pourront être effectués!

Posté par Professeur Max à 16:18 - - Commentaires [14] - Permalien [#]