15 mars 2016

Rédaction : à vos plumes !

A partir de l’image ci-dessous, vous voudrez bien rédiger une petite histoire, en répondant notamment aux questions suivantes :

Où se passe l’action ?

Qui sont les personnages ?

Que vient-il de se passer ?

Que va-t-il se passer ensuite ?

Merci de présenter un travail soigné et original !

Max en cuisine variante

Posté par Professeur Max à 14:50 - - Commentaires [30] - Permalien [#]


08 mars 2016

Poème d'hiver

Les martinets
Et les fouets
De l'hiver
Fessent mon corps
D'une pléthore
De lanières.

En suffocant

Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me présente
Toute tremblante
Et je pleure

Hivbonhtbrbfl



Et je gémis
Au vent maudit
Qui me brûle
Deçà, delà,
Pareil à la
Canicule.

 

Paule (vers l’Aisne, enfin par là…)

Posté par Professeur Max à 19:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

02 mars 2016

Fanny conjugue en anglais

« Vous vouliez me voir, Monsieur Maxouille ? »

Max leva la tête. La jeune femme arborait un sourire malicieux derrière ses lunettes.

« Oui, Fanny. Deux remarques. La première : je m’appelle Max…

- Bien sûr ! Excusez-moi, Monsieur Maxouille !

- Hem ! La deuxième : la leçon sur le présent en anglais n’a pas été apprise !

- Rrôh ! Mais si ! Mais je n’y comprends rien : des fois on met ing  et des fois non !

- Pourtant c’est simple ; je vais t’expliquer…

Présent en anglais

- Ah ça, c’est gentil, monsieur Maxouille !

- Max… Peux-tu me traduire cette phrase : When a brat is too naughty, I spank her.

- Euh oui : quand une chipie est trop vilaine, vous la fessez !

- C’est quel temps, Fanny ?

- Ben… du présent.

- Et pourtant, je ne suis pas en train de te fesser !

- Effectivement…

- C’est du présent qui indique une action permanente ou fréquente. Donc, on emploie le présent simple. Tu comprends ?

- Oui, mais alors quand est-ce qu’on met ing ? »

Max se leva, posa sa veste sur le dossier de sa chaise, et alla s’asseoir sur son canapé. Il fit signe à la jeune femme de venir le rejoindre.

Elle le regarda d’un air étonné.

« Pourquoi vous voulez qu’on aille sur le canapé ?

- C’est pour t’expliquer… Tu comprendras mieux. »

Elle s’approcha lentement, pas trop rassurée. Max l’attrapa par le bras et la coucha en travers de ses genoux.

« Eh ! Mais qu’est-ce que vous faites ?

- Bonne question… Mais repose-la en anglais.

- Euh… what… are you doing ?

- Bravo Fanny! Tu viens d’employer le bon présent !”

Max releva la jupe et baissa la culotte de la petite Fanny.

“Donc voici ma réponse : I am spanking a naughty brat!”

Anim

Et il se mit à claquer les petites fesses rebondies de l’étudiante.

« Mais je ne suis pas une euh… brat !

- Tu remarqueras que j’ai employé la forme progressive en ing pour indiquer ce que je suis en train de faire…

- Oui… je me rends bien compte de ce que vous êtes en train de faire !

- Donc c’est simple : quand je décris une action immédiate, c’est du présent progressif : bing ! bing ! bing ! »

Et chaque bing était ponctué d’une vigoureuse claque sur le délicieux postérieur de Fanny.

« Oui, ça y est ! J’ai compris, Monsieur Max … Ouille !

- Et arrête de m’appeler Maxouille ! répliqua Max avec une lourde claque retentissante.

- Oui… Promis, Monsieur Max … Aïe ! »

Il l’aida à se relever. Elle se rajusta lentement, pendant que Max retournait à son bureau.

Avant de sortir, elle se retourna vers lui :

« Thank you very much, Mr Maxouille!”

Posté par Professeur Max à 17:37 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

25 février 2016

Fournitures scolaires

Cher monsieur Max

Parce que vous êtes un de nos clients privilégiés, nous vous proposons des offres avantageuses et particulièrement adaptées à votre activité.

 

boules LI

- les boules L.I. (de chez Never)  pour puni(e)s : en effet , il a été constaté que lors de la punition, les étudiant(e) concerné(e)s montraient des signe d’inconfort : grimaces, gémissements, voire pleurs. Nos experts se sont penchés sur la question et en ont déduit que c’était le bruit qui les gênait.

Chez le directeur et la directrice version2

Avec ces bouchons d’oreille, plus de souci ! Vos puni(e)s pourront profiter pleinement de leur punition sans être dérangé(e)s par le volume sonore des coups appliqués !

 

 

 

 

 

ciseaux pour chipies

- les ciseaux pour chipies : certaines chipies, particulièrement mal intentionnées, s’adonnent au découpage sauvage des lanières de martinet. Pour éviter cette dégradation du matériel pédagogique, voici la paire de ciseaux Chipie + :

Les aérations prévues sur les lames laisseront les lanières intactes !

 

tube colle à martinet

- la colle à martinet : si, malgré nos ciseaux Chipie +, vous constatiez des dégradations persistantes, voici un produit qui vous permettra de réparer votre martinet rapidement, en recollant plusieurs lanières à la fois !

 

 

 

 

 

Pour vous, monsieur Max, nous vous offrons 20% sur toute notre gamme, et , en cadeau, notre brossavate de voyage, pliable, très pratique et peu encombrante.

brossesavatecharnière

 

Il ne vous reste plus qu’à remplir le bon de commande ci-joint.

 

A bientôt, monsieur Max !

 

Le service commercial

Posté par Professeur Max à 14:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

22 février 2016

Chantons ensemble: Sandie Sandra !

On chante et on danse à l'Institut! Avec Max et ses maxettes!

Max et ses maxettes sur scène

Rah! Ha! Rah! Ha!

Bien sur mes genoux, tu sens bien les coups
J’y mets de la vigueur à tour de bras
Je fesse Sandra, je fesse Sandie
Je fesse Sandie dont le cul danse avec la nuit

Petit à petit , je sors l’armada


Je tannerai ton cul si tu n’obéis pas
Je tannerai ton cul si tu n’obéis pas
Je fesse Sandie, je fesse Sandra
Sacrée chipie ! A la fin tu m’imploreras
Ce soir j'ai de la fièvre et toi, tu n’as plus froid


Les fessées que je donne à Sandie
Chantent encore la même mélodie
Les tannées  que j’inflige à Sandie

Augmentent le charme de ses petites fesses

Rah! Ha! Rah! Ha!

 Pour la musique, c'est ici : http://www.dailymotion.com/video/x2cm8qb_karaoke-claude-francois-alexandrie-alexandra_music

 

Posté par Professeur Max à 15:52 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


19 février 2016

Enigme...

Un jour, Max, excédé par une chipie encore plus impertinente que les autres, lui dit cette phrase :

"Dis moi ce que tu veux, mais, si ce que tu dis est vrai tu recevras le martinet, et si ce que tu dis est faux, tu recevras la canne !"

Canoumartfl


Quelques instants plus tard, la chipie sort du bureau sans avoir été punie.
Qu’a-t-elle donc dit à Max?

Posté par Professeur Max à 19:46 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

13 février 2016

Histoire : le jeu de paume .

Le jeu de paume se pratique depuis le moyen-âge. On l’appelle ainsi parce qu’il se jouait initialement à main nue ou à la rigueur gantée ; il est ensuite pratiqué à l’aide d’instruments.

Très populaire, il était aussi pratiqué par les rois de France. Charles IX était en train de faire une partie lors de l’assassinat de l’amiral de Coligny : alibi parfait !

 

Son frère , Henri III pratiquait régulièrement le jeu de paume avec ses mignons.

Henri III

 

Henri IV , dit le « Vert-galant » était aussi appelé le « Roi-paumier ».

henri-IV

 

Pour gagner, il fallait jouer serré, d’où le fameux serrement du Jeu de Paume qui est à l’origine de la Révolution Française. Souvenons-nous de Mirabeau et de sa fameuse réplique !

Mirabeau

Nous avons d’ailleurs retrouvé une descendante directe de Mirabeau : elle s’appelle Mirabelle et nous a récemment déclaré :

« Je suis ici par ma volonté de chipie, et je n’en sortirai que par la force des claquounettes ! »

Etonnant, non ?

Posté par Professeur Max à 00:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

09 février 2016

On y perd son latin !

« Aïe ! Mais tu me fais mal ! Arrête… ça suffit comme ça !

- Tu l’as mérité ! Quelle négligence ! Les résultats des évaluations auraient dû être communiqués à tous les membres du Conseil d’Administration depuis une semaine ! »

Les claques pleuvaient sur ses fesses… Il avait beau protester de sa bonne foi, tempêter, essayer de se justifier, rien n’y faisait. Elle y allait de bon cœur, semblait même y trouver une certaine forme de satisfaction… incroyable, non ?

Après de longues minutes brûlantes, elle s’arrêta enfin . Max se releva et remonta son slip et son pantalon.

« Tu t’en tires à bon compte, Max. Si je m’arrête, c’est juste parce que mes étudiants m’attendent en cours ! »

Et elle sortit en coup de vent, aussi vite qu’elle était entrée !

Il était vexé. Il savait bien que Charlotte le guettait au tournant, à l’affût de la moindre erreur, pour trouver un prétexte pour le punir… Mais là, il était ulcéré, parce qu’il était persuadé d’avoir fait le nécessaire : il se souvenait parfaitement avoir donné instruction à sa secrétaire de communiquer les résultats des évaluations du premier trimestre à tous les membres du conseil.

Maxsortdubureau

Tout en massant son derrière douloureux, il se dirigea vers le bureau d’Anouk.

Il toussota pour manifester sa présence, ce qui eut comme effet de faire sursauter sa secrétaire.

« Anouk , je vous avais demandé, la semaine dernière, d’envoyer les résultats des évaluations du premier trimestre aux membres du conseil…

- Oui, Monsieur Max

- Vous l’avez fait ?

- Non, monsieur Max. »

Max est d’un naturel calme et indulgent. Mais là, apparemment, quelque chose dans son attitude dut alarmer la pauvre Anouk qui eut instantanément un mouvement de recul.

« Puis-je savoir pourquoi, Anouk ?

- Parce qu’ils n’étaient pas complets, monsieur Max. il me manquait les résultats d’une matière… alors j’ai attendu…

- Et vous comptez attendre longtemps ?

- Oui, monsieur Max, je suis très patiente.

- Eh bien pas moi ! Quand je vous demande d’envoyer quelque chose, vous l’envoyez, complet ou incomplet ! C’est clair ?

- Oui monsieur Max.

- Vous serez d’ailleurs sanctionnée pour ça !

- Oui monsieur Max.

- Mais pas tout de suite, j’ai des problèmes plus urgents à régler ! »

Anouk ne répondit rien , mais Max crut lire dans ses yeux une lueur de déception.

« Quelle est la matière pour laquelle vous n’aviez pas les résultats ?

- Le latin , monsieur Max.

- Quoi ? Vous êtes en train de me dire que c’est Charlotte qui n’a pas transmis ses résultats ?

- Oui, monsieur Max, c’est ce que je suis en train de …

- Envoyez-la moi !

- Tout de suite, là, maintenant ?

Surlechamps

- Sur le champ !

- Ah bon, pas dans votre bureau, alors ? »

Max prit une longue inspiration.

« Si… Allez la prévenir que je veux la voir immédiatement ! Et vous la remplacez en cours.

- Mais je ne parle pas latin !

- Pas grave, faites des maths !

- Mais je…

- Et que ça saute ! »

La pauvre Anouk se précipita dans le couloir, pendant que Max retournait à son bureau.

 

La porte s’ouvrit à toute volée et Charlotte fit irruption dans le bureau.

« Alors Max, tu en veux encore ? En tout cas je suis rassurée de ne pas être un personnage sans grattage.

- Persona non grata ... Charlotte.

- C’est ce que j’ai dit! Alors ces résultats ?

- Ils ne seront pas communiqués au CA, Charlotte.

- Tu plaisantes, Max !

- Non, une enseignante n’a pas fait son travail : les résultats ne sont pas complets.

- C’est toi le directeur, Max. Tu es responsable de ton équipe. Tu n’as qu’à faire preuve d’un peu d’autorité !

- C’est ce que je vais faire tout de suite, Charlotte ! »

Max se leva, déplaça sa chaise qu’il positionna bien au milieu de la pièce. Charlotte le regardait d’un air interloqué. Il la saisit par la main.

« Mais qu’est-ce que tu fais, Max ?

- Je punis l’enseignante de latin qui n’a pas communiqué ses résultats, répondit-il en la couchant sur ses genoux.

- Comment ça, je n’ai pas commu… aïe !

- Et pour cause ! Tu n’as même pas fait d’évaluation !

- Mais … Aïe ! C’est parce que le niveau des étudiant est trop b… Hé ! Ne retrousse pas ma robe !

- Désolé, Charlotte, mais on m’a dit qu’il fallait que je fasse preuve d’autorité sur mon équipe !

- Je te préviens ,Max : si jamais tu touches à ma culotte, je …

- Tu as raison, Charlotte… D’ailleurs pour éviter d’y toucher, je vais la baisser.

- Max ! Non, je… Aïe ! »

Nonobstant les protestations véhémentes, Max baissa la culotte, dévoilant cette superbe paire de fesses qu’il connaissait bien maintenant, mais qu’il ne se lassait pas de claquer… Et pour claquer, il claquait ! Il y avait certainement en lui un sentiment de revanche, voire même de vengeance, il sentait encore la douleur de la fessée infligée par Charlotte, et ça le motivait. Charlotte gémissait, remuait les jambes, mais Max restait inflexible.

ChrltkMxbrb

« Aïe ! D’abord, je les faites ces évaluations ! Je m’en souviens maintenant ! Et je te les ai envoyées ! Ouille ! C’est toi qui a dû les perdre. J’ai une excellente mémoire !

- Une excellente mémoire ? Nous allons vérifier : est-ce que tu te souviens de la couleur de ta culotte ? »

Charlotte essaya vainement de se contorsionner pour jeter un coup d’œil.

« Euh… oui, parfaitement ! Elle est blanche… »

Pour conclure, Max s’autorisa un petit feu d’artifice à deux mains sur le pauvre derrière déjà bien coloré, avant d’autoriser sa malheureuse victime à se rhabiller.

« Elle est grise, comme tu peux le constater ! lança-t-il d’un air triomphant

- Hmm…

- Mais de rien Charlotte ! De rien !

- Mais… je ne te remerciais pas, Max !

- Ah ? J’avais cru… »

Charlotte lui tourna le dos et sortit sans un mot.

Posté par Professeur Max à 18:21 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

02 février 2016

Une dissertation philosophique

Cet exercice doit permettre à la fois d’évaluer les connaissances de nos étudiants, le travail fourni pendant l’année et leur capacité à réfléchir sur des sujets de société.

BxBlusxIEAAl1JO

Le niveau d’exigence est élevé : les étudiants qui feraient preuve d’un travail insuffisant ou d’une réflexion sommaire s’exposent à des châtiments corporels appropriés.
Voici un exemple de dissertation proposée à nos étudiants :

« Peut-on trouver la satisfaction dans la punition ? »

Vous avez quatre heures… merci !

 

Voici la contribution de mon amie "Chipie" (Elle a bien choisi le pseudo !) Il s'agit d'un détournement de mes dessins! Je proteste ... vigoureusement :D

 

devoirMaxouille-dissertPhilo

 

 

Posté par Professeur Max à 12:18 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 janvier 2016

Léa prend le métro

Merci à mon amie Sourillante pour cette histoire!

Comme tous les lundis, je rejoignais l’institution du Professeur Max. Mais ce lundi,  à cause d’un réveil qui n’avait pas sonné,  j’arrivais en retard.

En espérant qu’aucun membre de l’enseignement ne me voit,  et encore essoufflée d’avoir couru, je me dirigeai vers les toilettes afin d’attendre le prochain cours. Je n’eus pas le temps d’y arriver ;  j’entendis une voix :  « Où allez-vous Mademoiselle ? »…  Que je reconnus tout de suite : c’était Mr Max.

« Mlle Léa, c’est à cette heure que vous arrivez ? Les cours sont commencés depuis 45 minutes !

- Mais Monsieur Maxou, ce n’est pas de ma faute, il …

- Comment ça pas de votre faute ? »

Mr Maxou me fixa, en fronçant les sourcils, moi, je baissais les yeux.

« Léa, quelque chose ne va pas ? »

- Heu ! si Monsieur tout va bien. C’est que ……..

- Quoi donc, Léa ? »

Mes joues étaient encore rouges, car je repensais à ce qu’il m’était arrivé sur le chemin…

Le regard de Mr Maxou se porta  sur ma jupe,  « Léa c’est quoi ces marques rouges, aurais-tu été fessée? »

Je sentis mes joues rougir de plus belle  «  Heu ! Non  ……..Mr Maxou,  ben c’est que…   enfin oui Mr Maxou. »

Alors, il me fit signe de m’asseoir, mais je refusais la chaise  et je lui racontai ma mésaventure.

 Mon réveil n’ayant pas sonné, je dus faire vite ce matin ; je courus jusqu’à la station de métro et je montais dans la rame.

Smrfl

Lorsque je m’aperçus que j’avais oublié de  valider mon ticket, je souhaitais qu’il n’y eut pas de contrôle. Quelques stations plus tard, je vis les hommes en costumes verts qui montaient dans la rame. « Contrôle des billets ! »   Timidement, n’osant pas regarder le contrôleur, je lui tendis mon titre de transport.

« Mais Mademoiselle, vous ne l’avez pas validé ! »

Gênée, tout en baissant les yeux, je répondis  «  Heu ! heu ! C’est que, heu…  j’ai oublié, Monsieur .»

- Pas grave,  Mademoiselle, cela vous coûtera 90  €.

- Mais Monsieur je n’ai pas d’argent sur moi !

- Ha ! ha ! ha ! , dans ce cas, il y a une autre solution, Mademoiselle.

- Et laquelle, s’il vous plait Monsieur ?

- Ça, c’est à vous de le dire :  90€ ou l’autre solution ?

Ma curiosité me fit opter pour la seconde solution. Mal m’en a pris !

Le contrôleur s’assoit et d’un mouvement rapide me prend le bras et je me retrouve sur ces genoux, il commence à me fesser, sur la jupe. J’essaye de me débattre, mais il me tient bien fermement. Au bout d’un moment les claques cessèrent, je voulus me relever quand je sentis qu’il me soulevait la jupe !

« Non Monsieur, pas ça !», et il me fessa sur la culotte.  Je gémissais, je criais, je me débattais, mais rien ne l’arrêtait. Les claques se faisaient de plus en plus fortes.  Mes fesses commençaient à chauffer et à rougir. Je hurlais, je me débattais et les voyageurs ne disaient rien. Enfin les claques cessèrent ! Le contrôleur m’autorisa à me relever.  Et d’un ton autoritaire, il me demanda d’enlever la jupe et la culotte. Mes joues rougirent. Je feignis de ne pas entendre.

« Enlève ta jupe et ta culotte ! »  J’obéis, puis me rallongeai sur ses genoux et il recommença à claquer mes fesses nues. Le geste était régulier, une claque sur la fesse droite, une sur la gauche parfois sur les deux  en même temps, il tapait de plus en vite.   Je n’en pouvais plus. Mes fesses brûlaient. Des larmes perlaient sur mes joues. J’entendais le contrôleur :

« Voici la nouvelle amende  pour les fraudeurs ! »   criait-il aux passants qui montaient dans la rame .

Metro plein avec flou

Puis les tapes  ralentirent. Enfin, je fus libérée.  La honte dans l’âme, je me rhabillai.  Le contrôleur me mis dans un coin mains sur la tête, et jupe relevée.  Et cul nu.  C’est alors que je pus lire sur les visages de voyageurs leur satisfaction.  D’autres, par contre, détournèrent leur regard. La punition s’acheva au terminus. 

Je me jurai de ne plus frauder.

« Léa ? … Léa ! »

Je me réveille, j’ouvre les yeux… Je suis en classe, affalée sur ma table. M Max est en face de moi et me regarde en fronçant les sourcils :

« Encore en train de dormir en cours ! J’espère au moins que tu as fait un joli rêve! »

 

 

 

 

Posté par Professeur Max à 19:09 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :